Depuis le lancement de DT Global et de DT Institute en 2019, nous avons adopté le «Profit for Purpose» comme une valeur fondamentale motivant les pensées, les actions et la programmation de la famille DT Global. Un an après avoir forgé une nouvelle façon de faire des affaires, à quoi ressemble concrètement le Profit for Purpose?

Il y a une poignée de mots et d'expressions qui se retrouvent dans les conversations de ceux qui travaillent pour opérationnaliser le mantra du profit à des fins - les exemples incluent «catalytique» et «aligné», pour n'en nommer que quelques-uns. Mais parfois, la meilleure façon de communiquer quelque chose est à travers un exemple.

DT Global met en œuvre des projets dans le domaine du développement international, dont plusieurs fournissent des services de développement dans le secteur du droit et de la justice. Steven Baker, expert technique chez DT Global Australia, souhaitait développer des recherches qui éclairent les portes du crime organisé transnational et grave (STN) dans la région Asie-Pacifique et l'impact d'une pandémie émergente de COVID sur les marchés illicites et la gouvernance. Simultanément, Christina Storm, qui dirige la pratique de l'état de droit de DT Institute, et Hugh Doyle, directeur général de DT Institute, étaient désireux d'identifier les opportunités de développer des programmes de lutte contre la traite des êtres humains à l'échelle mondiale.

Ce qui est ressorti clairement de notre lecture sur la question, c'est que:

  • La persistance de TNC retient la région du Mékong et mine ses institutions.
  • S'attaquer aux STN exigera un mélange d'approches politiques et opérationnelles aux niveaux national et régional.
  • La pandémie COVID et la réponse sanitaire pourraient potentiellement présenter des opportunités grâce à la mise en place de systèmes améliorés de coopération et de contrôle aux frontières.

Nous avons rapidement réalisé que cela pouvait être le scénario idéal pour mettre à l'épreuve notre engagement Profit for Purpose.

L'Université Charles Sturt, une université australienne jouissant d'une réputation mondiale en tant que principal fournisseur de programmes professionnels spécialisés dans les domaines de la police, du droit, de la criminologie, de la sécurité, de la gestion des urgences, des douanes et accises et de la gestion des frontières, souhaitait collaborer avec DT Global suite interactions avec le directeur général Asie-Pacifique de DT Global, Frank Maiolo. Cette relation témoigne de la volonté de DT Global d'entretenir des partenariats de longue date avec les meilleures organisations mondiales pour avoir un impact. Entre-temps, DT Institute avait entretenu des relations solides avec des cabinets d'avocats internationaux tels que Ropes and Gray, en particulier son bureau de Hong Kong, qui avait exprimé son intérêt à fournir des recherches d'avocats à titre bénévole sur des questions liées à la traite des êtres humains en Asie. Enfin, un cinquième partenaire collaborateur, Global Alms, une OSC opérant à la frontière entre la Thaïlande et le Myanmar soutenant les victimes des STN, a été amené par l'Université Charles Sturt pour fournir des expériences opérationnelles et des points de vue des acteurs travaillant dans la région.

Notre objectif était de créer une coalition de partis partageant les mêmes idées, dotés de capacités techniques et de recherche, capables de créer un impact et des avantages. Nous avons commencé simplement par parler. La première conversation entre les partenaires a eu lieu en mai 2020. Des modalités de financement et des contributions en nature ont été convenues pour un projet de recherche en collaboration.

Ces premières conversations ont encore soulevé le spectre du COVID-19 et son impact sur la conception des programmes, le rythme auquel les politiques pourraient suivre les changements de comportement des groupes criminels et les capacités opérationnelles des agences de prévention, de poursuite et de protection. Une question concernait l'esprit des «collaborateurs»:

Quel serait l'impact d'une pandémie mondiale qui se produirait une fois dans un siècle sur un crime qui dépendait de l'exploitation des vulnérabilités humaines et de la maîtrise des déplacements de personnes et de produits illicites?

Les parties collaboratrices ont réalisé que s'attaquer à ce sujet à la mi-2020, avec toutes ses complications uniques, allait présenter une occasion unique d'examiner des questions sur lesquelles peu de choses avaient encore été écrites ou étudiées. L'équipe a reconnu que la collaboration pouvait contribuer à la littérature sur la traite des êtres humains et d'autres éléments de la criminalité transnationale d'une manière qui pouvait potentiellement être révolutionnaire. Les trafiquants déployant déjà des solutions de contournement pour la fermeture des frontières alors que les économies locales étaient en crise, les experts se sont mis d'accord sur une chose: à aucun moment de l'histoire moderne, il n'y aurait plus d'individus mûrs pour l'exploitation qu'il n'y en aurait à la suite de cette pandémie. Et pourtant, la pandémie COVID a également présenté des opportunités grâce à la mise en place de systèmes améliorés de coopération et de contrôle aux frontières.

Avance rapide jusqu'en novembre 2020: la recherche entre dans sa phase finale, avec un accent sur les pays de la région du Mékong (Thaïlande, Myanmar, Vietnam, Cambodge et Laos). Le produit final combine l'analyse des politiques pertinentes et des plans de pays locaux, rassemble les données publiées collectées auprès des acteurs de la région et rend compte des défis, des contraintes et des obstacles des STN pour les agences gouvernementales et le secteur privé dans la région du Mékong. Il comprend les premiers résultats liés au COVID, ainsi que les complications et les changements anticipés résultant de la pandémie de COVID qui se déroulent toujours. Ses recommandations incluent une analyse des `` vulnérabilités conditionnelles '' générées par la violence domestique, l'augmentation de la vulnérabilité des enfants avec la montée en flèche de l'utilisation d'Internet et les vulnérabilités du travail, en particulier pour les hommes, en raison de l'épuisement des opportunités d'emploi à travers le monde. Enfin, il suggère des domaines dans lesquels les politiques voudront transférer davantage de ressources et d'attention face à ces vulnérabilités et exploitations anticipées. Nos résultats de recherche et le rapport lui-même seront «open source» et accessibles à tous et à tous pour être utilisés dans le domaine public.

Nous espérons que cette recherche sera une contribution bienvenue au corpus naissant de littérature et de discussion concernant les STN et les impacts du COVID et sera utile pour les futurs programmes et travaux dans la région - augmentant notre impact et améliorant la vie des populations vulnérables à travers le Mékong.

Nous sommes fiers de la façon dont nous avons tiré parti de nos bénéfices pour investir dans les communautés et le leadership éclairé pour créer une œuvre fondamentale. Ce rapport sera mis à la disposition du public en novembre 2020.